SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES

Omega 30 T2 (mouvement original)

Calibre de base: 

Diamètre: 

Épaisseur: 

Réserve de marche:

Nombre de rubis:

Fréquence:

Spiral:

Balancier:

Raquetterie: 

Roue de couronne et son noyau:

Rochet: 



Calibre de base: 


Diamètre: 

Épaisseur: 

Réserve de marche:

Nombre de rubis:

Fréquence:

Spiral:

Balancier:

Raquetterie: 

Roue de couronne et son noyau:


Rochet: 



30T2, nickelé, avec le rouage cuivré

30 mm

4 mm

44 heures

15

18000 vph

courbe Breguet

arc intérieur et bras finis

pas de finition spéciale

brossage radial, dents polies

brossage radial, dents polies

30T2, nickelé, avec le rouage cuivré

30 mm

4 mm

44 heures

15

18000 A/h

courbe Breguet

arc intérieur et bras finis

pas de finition spéciale


brossage radial, 

dents polies

brossage radial, 

dents polies

Omega 265 - 30 T3 PC AM 15P (mouvement original)

Calibre de base: 




Diamètre: 

Épaisseur: 

Réserve de marche:

Nombre de rubis:

Fréquence:

Spiral:

Balancier:

Raquetterie: 

Roue de couronne et son noyau:


Rochet: 



Calibre de base: 




Diamètre: 

Épaisseur: 

Réserve de marche:

Nombre de rubis:

Fréquence:

Spiral:

Balancier:

Raquetterie: 

Roue de couronne et son noyau:


Rochet: 



266 (30 T3 PC AM 17P), cuivré, rouage cuivré, antimagnétique, protection contre les chocs

30 mm

4 mm

45 heures

17

18000 A/h

courbe Breguet

arc intérieur et bras finis

pas de finition spéciale


brossage radial, 

dents polies

brossage radial, 

dents polies

265 (30 T3 PC AM 15P), cuivré, rouage cuivré, antimagnétique, protection contre les chocs

30 mm

4 mm

45 heures

15

18000 A/h

courbe Breguet

arc intérieur et bras finis

pas de finition spéciale


brossage radial, 

dents polies

brossage radial, 

dents polies

Calibre de base: 


Diamètre: 

Épaisseur: 

Réserve de marche:

Nombre de rubis:

Fréquence:

Spiral:

Balancier:

Raquetterie: 

Roue de couronne et son noyau:

Rochet: 



265 (30 T3 PC AM 15P), cuivré, rouage cuivré, antimagnétique, protection contre les chocs

30 mm

4 mm

45 heures

15

18000 vph

courbe Breguet

arc intérieur et bras finis

pas de finition spéciale

brossage radial, dents polies

brossage radial, dents polies

Omega 266 - 30 T3 PC AM 17P (mouvement original)

Calibre de base: 




Diamètre: 

Épaisseur: 

Réserve de marche:

Nombre de rubis:

Fréquence:

Spiral:

Balancier:

Raquetterie: 

Roue de couronne et son noyau:


Rochet: 



267 (30 T4 PC AM 17P), cuivré, rouage cuivré, antimagnétique, protection contre les chocs

30 mm

4 mm

45 heures

17

18000 A/h

courbe Breguet

arc intérieur et bras finis

pas de finition spéciale


brossage radial, 

dents polies

brossage radial, 

dents polies

Calibre de base: 


Diamètre: 

Épaisseur: 

Réserve de marche:

Nombre de rubis:

Fréquence:

Spiral:

Balancier:

Raquetterie: 

Roue de couronne et son noyau:

Rochet: 



266 (30 T3 PC AM 17P), cuivré, rouage cuivré, antimagnétique, protection contre les chocs

30 mm

4 mm

45 heures

17

18000 vph

courbe Breguet

arc intérieur et bras finis

pas de finition spéciale

brossage radial, dents polies

brossage radial, dents polies

Omega 267 - 30 T4 PC AM 17P (mouvement original)

Calibre de base: 


Diamètre: 

Épaisseur: 

Réserve de marche:

Nombre de rubis:

Fréquence:

Spiral:

Balancier:

Raquetterie: 

Roue de couronne et son noyau:

Rochet: 



267 (30 T4 PC AM 17P), cuivré, rouage cuivré, antimagnétique, protection contre les chocs

30 mm

4 mm

45 heures

17

18000 vph

courbe Breguet

arc intérieur et bras finis

pas de finition spéciale

brossage radial, dents polies

brossage radial, dents polies

Omega 30 T2 restauré par  Christian Etienne

Chaque calibre vintage commence par un démontage et un nettoyage complet, après quoi chaque pièce est soumise à un contrôle de qualité. Toutes les pièces qui pourraient ne pas être en parfait état, comme le ressort de remontage, sont remplacées par des pièces d’origine, si nécessaire.


La platine est rhodiée afin de faire pénétrer la lumière dans le mouvement, ce qui donne une merveilleuse profondeur visuelle et forme un contraste attrayant avec les ponts rodés, polis et satinés et les pièces traitées en or rose 5N, comme on peut le voir depuis le fond du mouvement. La raquetterie et les vis du mouvement bleuis à la main ajoutent une touche finale élégante à l'aspect visuel de l'ensemble.


La roue de couronne, son noyau et le rochet sont brossés radialement, le rochet est ensuite gravé au laser du logo C-E et les bords du cliquet reçoit des un anglage poli.


Le résultat de ce travail est un mouvement vintage légendaire qui renaît, restauré et prêt pour le 21e siècle et une vie entière d’utilisation.

Histoire du célèbre calibre OMEGA 30 mm 

Grâce à sa fiabilité exceptionnelle, ses performances de réglage, sa robustesse et sa facilité d'entretien, ce calibre légendaire a marqué l'histoire industrielle de l'horlogerie pendant un quart de siècle, de 1939 à 1963. Au niveau de ses résultats chronométriques, il fera même parler de lui jusqu'en 1967, dernière année des concours où, grâce à son incroyable précision, il règne en maître quasi absolu depuis sa première introduction.


Construit en décembre 1938, avec un diamètre de 30 mm et une épaisseur de 5,10 mm, le calibre utilise une fréquence traditionnelle de 18 000 vph. Plus tard, avec son frère à aiguille centrale des secondes né en 1940, avec une épaisseur légèrement supérieure de 5,40 mm, le nombre de calibres produits va croître et se multiplier pour atteindre près de 3 millions de spécimens jusqu'en 1963.


En hommage à un génie méconnu : Le plus étonnant dans la genèse de ce chef-d'œuvre de la mesure du temps est que son génial constructeur, le modeste et discret Henri Kneuss, sous-directeur technique (adjoint d'Henri Gerber), est un autodidacte qui n'a jamais fréquenté la moindre école d'horlogerie. Son projet est soumis par Paul Brandt à Otto Ahrens, l'horloger lucernois, qui est son "conseiller technique externe", avec le prototype réalisé par Jean-Pierre Matthey-Claudet. Ahrens n'est d'abord pas convaincu à 100% de la conception initiale du calibre, compte tenu de la faiblesse relative de son ressort moteur par rapport à la taille de son spiral. Mais ce défaut sera rapidement corrigé avec l'arrivée du premier ressort moteur, beaucoup plus performant et incassable. 


La référence du calibre sera gravée sur la platine, près de l'emplacement du balancier, jusqu'en 1949, puis sur le pont de barillet, à côté de la roue de couronne.

Voici un tableau tiré du livre de Marco Richon, "Omega Saga", de 1998

Une première version, le 30 T1 de 1939

Le calibre des superlatifs : sa théorie et sa pratique de construction, tout en équilibre parfait, sont basées sur l'expérience (probablement celle des régleurs de précision). Le balancier bimétallique à vis et le spiral en acier avec courbe Breguet. Ce balancier sera amélioré tout au long de son existence pour tenir compte des dernières avancées de la technologie horlogère. Il est le premier de la marque à être équipé de la protection antichoc Incabloc en 1942. Ses résultats de marche restent exceptionnels même après des années d'utilisation et d'absence de lubrification adéquate ! Il fait du T 30 le calibre préféré des horlogers : plus simple, plus solide, plus durable, plus fiable et plus précis que tous les autres dans ce segment de taille de calibre.


Lancé en 1939, il est immédiatement adopté par l'armée britannique. Omega a livré 110 000 montres à l'armée, à la marine et à l'armée de l'air britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui fait de cette montre un garde-temps sur deux fourni par les horlogers suisses. Le boîtier et la lunette sont en avionique (ou duralumin, un alliage léger d'aluminium, de cuivre, de magnésium et de manganèse), et le fond du boîtier est en acier inoxydable.


Ce calibre de 30 mm, avec ses évolutions techniques, a été utilisé dans de nombreux modèles Omega bien connus. Prenez par exemple le modèle Teddington développé pour le marché brésilien ou le modèle Suveran pour le marché suédois. Le modèle Ranchero de 1956, Railmaster de 1957 et bien sûr la Seamaster de 1962 ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres.


A partir du numéro 11'600'000 en 1949, la T 30 sera suivie du calibre 260 et de plusieurs dérivés basés sur son inimitable base.


Parmi les versions chronométriques à "finition de luxe", on peut citer le calibre 30T2 RG, le 262 de 1943 et le 30 SC RG, puis plus tard le 281 à seconde centrale en 1943. Ces versions présentent un degré de finition plus élevé que les autres calibres, avec une ancre anglée et polie, ainsi que des modifications du système de remontage, des roues et l'ajout d'un système de réglage fin pour la raquetterie.


En 1941, Omega lance son calibre chronomètre, le mouvement 30 T2, qui conserve sa finition de mouvement nickelée pour les premiers modèles.


Les secrets du calibre de base 30 mm


Les performances exceptionnelles remportées dans les compétitions de chronométrage de précision font du 30 mm le calibre de montre-bracelet le plus précis jamais testé par les observatoires. Suite au record battu à trois reprises à Kew Teddington en 1946, Omega-Information 5, de juin 1947, pose les questions suivantes : 


Quelles sont les causes qui rendent le calibre 30 mm pour ainsi dire si invincible, et quelle est l'utilité pratique des concours d'observatoires ?


Henri Gerber apporte les réponses suivantes : 


"Une première constatation s'impose : contrairement à ce que l'on pourrait croire, le calibre 30mm, utilisé avec les succès que vous connaissez est le même que celui qui est fabriqué en grande série depuis 1939. L'étude approfondie qui a précédé sa création a porté plus particulièrement sur l'application des principes de base - pour ainsi dire les règles d'or de l'horlogerie - officiellement reconnus en horlogerie de précision. Cette étude préalable a permis une conception avec des pièces aux proportions idéales, auxquelles le calibre doit son exceptionnelle régularité de marche. C'est ainsi, par exemple


- que la surface du barillet et du balancier est étendue à l'extrême limite assurant un pouvoir régulateur maximal ; 


- que la meilleure efficacité de la transmission de la puissance a été exactement déterminée par l'étude minutieuse des dimensions de ses engrenages ; 


- enfin, que l'échappement a été choisi parmi les plus petites mesures qui puissent être adoptées pour un calibre de cette taille.


Nous avons pu constater dès son lancement que ce nouveau calibre était non seulement extrêmement facile à régler, mais qu'il " tenait " ces réglages de manière remarquable. Cela a conduit à sa participation à des concours d'observatoires.


Les montres de compétition étaient préparées d'une manière particulière : Afin de répondre aux exigences des observatoires, tous les calibres de compétition bénéficient d'un soin particulier dans la finition de certains composants : ressort, barillet, échappement, balancier, spiral et pierres. Toutes ces améliorations entraînent naturellement une augmentation significative du coût de fabrication et, pour cette raison, ne peuvent être appliquées aux montres produites en série. 


Chacune de ces étapes contribue à réduire de quelques fractions de seconde les écarts de réglage possibles. Et de la même manière, c'est ainsi que l'on parvient à obtenir, par de fines améliorations sur un calibre de série bien construit, des performances telles que celles que nous venons d'évoquer." 


Digne d'intérêt : Le 30mm a fait l'objet de nombreux articles, citations, références, mentions et autres rapports dans la presse spécialisée, ainsi que de deux livres qui lui sont uniquement consacrés.

Omega 30 mm-authentisch ? de Heinz Hampel, Berlin 2018, ISBN 978-3-939315-71-1

Omega 30 mm chronomètre de Erich Lexer, Lienz 2019, ISBN 978-3-200-06002-9


Livres sur la marque Omega :

Omega Saga de Marco Richon, 1998, ISBN 2-88380-010-3

Omega de Marco Richon, voyage à travers le temps, 2007, ISBN 978-2-9700562-0-1


Sur Internet : http://squelettewatches.com/chronometres-30mm/

This site uses cookies. Please read our privacy policy for details.