La fabrication du cadran

Une fois le dessin du cadran achevé, la première étape consiste à créer l'ébauche du cadran qui deviendra le visage de la montre. Le cadran secondaire des secondes reçoit ses rainures de fond caractéristiques et un trou central est percé sur lequel les aiguilles des heures et des minutes seront plus tard placées (1). Le cadran partiellement travaillé est ensuite soigneusement fini et nettoyé (2), puis reçoit une couche primaire pour les couches de couleur et l'impression qui seront appliquées ultérieurement (3).

1

2

3

1

2

3

Après que les couleurs aient été appliquées dans un environnement sans poussière et qu'elles ont complètement séché, les chiffres, les index et les autres marques du cadran seront imprimés en utilisant la technique du tamponnage. Dans ce système, tous les repères à imprimer sont d'abord gravés dans une plaque d'acier hautement polie ; ensuite, ces dépressions gravées sont remplies de peintures de différentes couleurs choisies pour le cadran. Un caoutchouc de transfert en silicone souple de forme spéciale est ensuite utilisé pour prélever les peintures sur la plaque d'acier (généralement une seule couleur à la fois), puis le support est mis en place et le bouton est pressé, transférant la peinture sur la surface du cadran. Cette technique très traditionnelle est une forme d'art en soi, et devient de plus en plus complexe et délicate à mesure que l'on ajoute des couleurs à la surface du cadran.

La plaque d'acier gravée pour l’application de la peinture

Photos avant et après le processus de tamponnage

La fabrication de la boîte

La production et la finition d'un boîtier sont un processus à multiples facettes ; il commence bien sûr par un dessin technique de tous les détails qui permettront au prototypiste d’insérer parfaitement le précieux mouvement et de le protéger contre l'eau et l'humidité. 


Pour moi, un bon design du boîtier doit toujours être confortable au poignet et posséder en même temps une élégance classique, de sorte qu'il ait toujours un aspect contemporain, indépendamment des changements de goût en matière de mode. La plupart de ces aspects sont déterminés par la forme des cornes et la façon dont elles vont intégrer le bracelet, ainsi que les proportions entre la carrure, le lunette et le fond.

Les premières étapes de la production sont des opérations d'étampage au cours desquelles le contour de base du boîtier de la montre est créé à partir d'une plus grande pièce de métal, puis répété si nécessaire. Viennent ensuite les opérations de fraisage, qui prennent beaucoup de temps, pour amener l’ébauche à ses dimensions finales, puis les opérations de satinage des flancs et de polissage, qui sera effectué par un polisseur. La lunette et le fond seront usinés par tournage et fraisage.

L'espacement et les tolérances des joints d'étanchéité sont invisibles pour l'utilisateur, mais pour l'horloger, ils constituent un moment essentiel de la conception d'un boîtier réussi. 

L’étampe utilisée pour la fabrication de l’ébauche de la carrure

La pièce grossièrement préparée (en haut) avant les opérations de fraisage, et le boîtier fini et poli avec la lunette avant (en bas à gauche).

La pièce grossièrement préparée (en haut à droite) avant les opérations de fraisage, et le boîtier fini et poli avec la lunette avant (en bas à gauche).

Les machines, aussi précises soient-elles, nécessitent toujours une supervision humaine et un contrôle des moindres détails afin de produire une pièce parfaite.

Bleuissage à la main

Le design de mes aiguilles des minutes et des heures s'inspire de mon expérience en matière de restauration horlogère. Toutefois, mon objectif n'était pas de faire une simple copie d'une aiguille existante, mais plutôt de capturer l'élégance des aiguilles traditionnelles et de combiner leur esthétique avec une lisibilité contemporaine. C'est pourquoi, dès les premières esquisses, j'ai voulu que la conception de mon aiguille intègre la possibilité d’adjoindre de la matière lumineuse. Ceci est combiné avec une technique traditionnelle de bleuissage des aiguilles.
Les aiguilles et les vis bleuies sont certainement des détails attrayants qui attirent l'attention des collectionneurs de montres ; cependant, la fonction du bleuissage de certaines parties d'une montre était traditionnellement protectrice, afin de protéger la surface métallique des aiguilles des influences d'une éventuelle corrosion à long terme. Les fabricants de montres de type industriel utilisent normalement un revêtement chimique pour y parvenir, alors que traditionnellement, le bleuissage était effectué à la main, une par une, à l'aide de chaleur suivie d'un refroidissement de la pièce à l'air, ou trempée dans l'eau ou dans l'huile, selon le goût de l'horloger.
Mon procédé de bleuissement à la main commence par chauffer l'aiguille en question dans une couche de sable spécial au-dessus de la flamme d'une petite lampe à alcool, puis la retirer du sable lorsque la bonne température (et la bonne couleur) a été atteinte ; ensuite, on la laisse refroidir lentement à température ambiante. Pour les pièces plus petites, comme les vis, on utilise un petit support métallique en suivant un processus de mise en température similaire.
Comme il est impossible de chauffer les parties les plus épaisses de l’aiguille de la même manière que les parties les plus fines, les aiguilles bleuies de cette manière sont instantanément reconnaissables par le passage chromatique de n'importe quelle nuance de bleu foncé au spectre du violet foncé et à tout ce qui se trouve entre les deux, suivant un modèle qui correspond à la forme effilée, arrondie et de l’aiguille. En outre, ce changement de couleur très délicate sera différent pour chaque aiguille fabriquée à l'identique, même si elles ont la même forme.
Si l'effilement d'une aiguille diffère d'une fraction de millimètre de celui de la suivante, la chaleur sera également répartie de manière légèrement différente, et les changements de couleur chromatique se produiront donc à des endroits légèrement différents.
Dans les grandes installations de production, il n'y a bien sûr pas de temps pour un travail exécuté de la sorte, et avec plusieurs milliers de montres en production, la chaîne de montage exige également une définition uniforme et claire du "bleu", ce qui n'est pas possible avec les changements de couleur subtils et organiques des méthodes traditionnelles.
Le résultat est que la majorité des aiguilles bleuies destinées au marché de la production de masse reçoivent un traitement de bleuissement chimique, c'est-à-dire qu'elles sont plongées dans un bain de couleur qui donne une couleur uniforme sans changement chromatique. D'un point de vue purement technique, le bleuissement chimique laisse une couche extérieure qui ne se lie pas étroitement au métal ; avec le bleuissage à la main, c'est le métal lui-même qui prend la couleur bleutée, il n'y a donc pas de revêtement susceptible de s'écailler ou de tomber.

Avant (à gauche) et après (à droite) le processus de bleuissage à la main.

Plus de détails dans la  Video

Finition du mouvement

Dans mon atelier, toutes les formes de finition et de polissage peuvent être exécutées comme l'anglage, le perlage, le rodage, le brossage de toutes sortes comme les motifs de colimaçonnage et de soleillage, le satinage circulaire, le bleuissage, l’anglage, le polissage noir, le brunissage et plus encore. Plusieurs de ces techniques sont utilisées dans les montres du projet Ω.

Le rodage des ponts

C'est un travail délicat qui nécessite une main douce mais ferme ; si l'on appui trop fort, la  gravure original des ponts sera totalement effacée et la pièce sera inutilisable. Trop peu de pression, et le résultat sera inégal. Il est donc nécessaire de nettoyer constamment la pâte et de contrôler visuellement la pièce pendant ce processus. Différentes pâtes sont utilisées en fonction de la pièce à roder et de la brillance requise pour la finition à obtenir. Ces pâtes sont de tous types et de toutes grosseurs de grain, utilisant des particules de poussière de diamant ou de corindon de différentes tailles dans une émulsion. La pâte est tout d'abord étalée uniformément sur une zone d'une plaque de verre ou de métal, puis la pièce est déplacée dans des mouvements circulaires, en exerçant une pression délicate.

This site uses cookies. Please read our privacy policy for details.